Jump to content
IGNORED

Il ripostiglio di Epfig (Alsazia)


grigioviola
 Share

Recommended Posts

Il 6 aprile 2010 a seguito di alcuni lavori di ristrutturazione a Epfig, un operatore della ditta che stava effettuando alcuni lavori di sterro in un terreno, con la pala del mezzo urtò qualcosa di duro frantumandolo.

Si trattava di un vaso contenente circa 14000 monete romane prevalentemente del IV secolo (sebbene risulti una rappresentanza di monete del III secolo dato che il ripostiglio dovrebbe aprirsi con esemplari di Probo).

Il tesoro rimase "custodito" per circa 10 anni prima di finire all'asta nel 2019. Nel mentre fu occasione prima di uno studio preliminare, poi di una perizia nel 2012 che ne stimò il valore commerciale a 100.000€ e infine di una diatriba giudiziaria terminata nel 2016 in quanto uno dei tre scopritori rivendicava la paternità assoluta della scoperta, paternità però respinta e pertanto rimasta condivisa.

Di nummi provenienti da questo tesoro se ne vedono spesso ultimamente in vendita su vari siti numismatici. L'asta ha venduto l'intero tesoro in un unico lotto (eccettuata una piccola parte trattenuta dal locale museo) e successivamente il compratore ha iniziato a disperdere in lotti multipli il tesoro che ora si trova a sua volta disperso in altri lotti o esemplari singoli... lo vedremo circolare ancora un po' salvo poi scomparire nelle collezioni numismatiche tra qualche tempo come accade puntualmente ai vari ripostigli commercializzati che dopo il boom iniziale di vendite e disponibilità di materiale, scompaiono per poi riapparire saltuariamente in occasione di successive dispersioni di collezioni.

La storia di questo ripostiglio e la sua composizione rimarrà a disposizione di tutti gli interessati grazie allo studio di MD Walton, "À propos d'un trésor monétaire tardo-antique découvert fortuitement à Epfig (Bas-Rhin)", in Cahiers alsaciens d'archéologie, d'art et d'histoire 55 (2012).

Recentemente sono riuscito ad acquisire una manciata di esemplari provenienti da questo ripostiglio: 

IMG-20210823-WA0012.jpegIMG-20210823-WA0014.jpeg

nell'ordine, da sinistra a destra e dalla prima fila alla seconda: 

CONSTANTINVS IVB NOB C
PROVIDENTIAE CAESS, /PLC
RIC 229 - 2.46 gr - 18 mm

CONSTANTINVS PF AVG
SOLI INVICTO COMITI, T|F/PTR
RIC 47 - 3.19 gr - 20 mm

VRBS ROMA
**, /TRP*
RIC 547 - 1.99 gr - 17 mm

CONSTANTINVS IVN NOB C
GLORIA EXERCITVS, /TRP·
RIC 527 - 2.64 gr - 17 mm

CONSTANTINOPOLIS
/TRP
RIC 554 - 1.97 gr - 16 mm

Si tratta di monetine molto comuni, niente di che... tuttavia la provenienza aggiunge quel "quid" che non guasta e che mi garba assai!

Mi sento molto come il sindaco di Epfig (sulla sinistra) che custodisce soddisfatto parte del ritrovamento!

epfig.jpg

Infine, un ritaglio di giornale francese che parla del ripostiglio: 

epfig 2.jpg

Edited by grigioviola
  • Like 5
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites


Supporter

DE GREGE EPICURI

Vedo che le tue 5 sono tutte di zecche galliche (e probabilmente lo era la grandissima parte del tesoro). Evidentemente, lo stato francese ha considerato il contenuto poco interessante. Sarei molto curioso di sapere se il sindaco di Epfig ha avuto la piccola parte per il museo a titolo gratuito, oppure ha dovuto acquistarla...non riesco a leggere bene la copia del giornale, è troppo in piccolo. Però c'è scritto: "Ils nous laisseront quelques pièces, qu'on mettra dans un meuble..."

Link to comment
Share on other sites


Supporter

Nel leggere di questo ripostiglio sono rimasto colpito dal numero delle monete (ben 14.000) e dal luogo del ritrovamento che si trova su una vecchia via romana che conduceva a Strasburgo (Argentoratum), città fondamentale per la difesa del limes germanico-retico. 

Quanto alle monete postate, saranno anche piuttosto comuni, tuttavia,  da collezionista (se così si può dire😉) di bronzi del IV secolo (ed in particolare di monete dei costantinidi) devo dire che quelle mostrate sono davvero gradevoli; soprattutto, mi piacciono la CONSTANTINOPOLIS e la VRBS ROMA (in particolare la prima che ha un grado di conservazione maggiore). Certo, come detto, l'appartenenza ad un ripostiglio dà ad esse un sicuro valore aggiunto. 

Buona notte da Stilicho

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites


Posted (edited)
Il 23/8/2021 alle 21:07, gpittini dice:

DE GREGE EPICURI

Vedo che le tue 5 sono tutte di zecche galliche (e probabilmente lo era la grandissima parte del tesoro). Evidentemente, lo stato francese ha considerato il contenuto poco interessante. Sarei molto curioso di sapere se il sindaco di Epfig ha avuto la piccola parte per il museo a titolo gratuito, oppure ha dovuto acquistarla...non riesco a leggere bene la copia del giornale, è troppo in piccolo. Però c'è scritto: "Ils nous laisseront quelques pièces, qu'on mettra dans un meuble..."

non ho idea di cosa preveda in questi casi la legislazione francese... ma leggendo su alcuni siti e forum francesi mi pare di aver capito che il comune ne ha trattenuta una parte relativamente cospicua.

Vi lascio anche il testo della pronuncia della corte di Appello di Colmar perché, al di là della querelle legale sulla paternità della scoperta, descrive comunque le modalità della stessa e dà alcune informazioni interessanti sulla vicenda:

Cita

PB -MINUTE N° 713/2016

Copies exécutoires à La SELARL WEMAERE-LEVEN— LAISSUE

Maîtres WELSCHINGER & WIESEL

Le 25 novembre 2016

Le Greffier

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D’APPEL DE COLMAR DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE – SECTION A ARRÊT DU 25 novembre 2016

Numéro d’inscription au répertoire général : 2 A 15/01581

Décision déférée à la Cour:
jugement du 12 février 2015 du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE de COLMAR

APPELANT et défendeur :

Monsieur X Y

demeurant XXX

XXX

représenté par la SELARL WEMAERE-LEVEN-LAISSUE, avocats à COLMAR, avocats à COLMAR

plaidant : Maître SCHRAEN, avocat à COLMAR

INTIMÉS :

— demandeurs :

1 – Monsieur Z A

demeurant XXX

XXX

XXX

2 – Monsieur B C

demeurant XXX

XXX

représentés par Maîtres WELSCHINGER & WIESEL, avocats à COLMAR

— appelée en déclaration de jugement commun:

3 – La DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLESD’ALSACE

prise en la personne de son représentant légal ayant son siège social Service Régional de l’Archéologie

XXX

XXX

assignée à personne morale le 24 juin 2015

n’ayant pas constitué avocat

COMPOSITION DE LA COUR :

En application des dispositions des articles 786 et 910 du Code de procédure civile, l’affaire a été débattue le 14 octobre 2016, en audience publique, les parties ne s’y étant pas opposées, devant Madame Isabelle DIEPENBROEK et Madame Pascale BLIND, Conseillers, chargées du rapport.

Ces magistrats ont rendu compte des plaidoiries dans le délibéré de la Cour, composée de:

Monsieur Bernard POLLET, Président

Madame Isabelle DIEPENBROEK, Conseiller

Madame Pascale BLIND, Conseiller

qui en ont délibéré.

Greffier, lors des débats : Madame Nathalie
NEFF

ARRÊT Réputé contradictoire

— prononcé publiquement par mise à disposition de l’arrêt au greffe de la Cour, les parties en ayant été préalablement avisées dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l’article 450 du Code de Procédure Civile.

— signé par Monsieur Bernard POLLET, Président et Madame Nathalie NEFF, greffier, auquel la minute de la décision a été remise par le magistrat signataire.

* * *

Le 6 avril 2010, lors de travaux de terrassement effectués sur le territoire de la commune d’Epfig, un trésor constitué de plus de 110 kg de pièces antiques contenues dans des jarres a été découvert.

Le conservateur régional de l’archéologie de la direction régionale des affaires culturelles d’Alsace a établi un document dans lequel est indiqué que le trésor lui a été remis le 14 avril 2010 par M. X Y, désigné comme inventeur.

Selon un rapport d’expertise du 12 mars 2012, la valeur commerciale des monnaies découvertes avoisine 100 000 euros.

M. Z A et M. B
C ont fait citer M. Y, en présence de la direction régionale des affaires culturelles d’Alsace, aux fins de voir juger qu’ils sont les seuls inventeurs du trésor découvert le 6 avril 2010.

Par jugement réputé contradictoire du 12 février 2015, le tribunal de grande instance de Colmar a dit que M. A, M. D, et M. Y sont tous trois les inventeurs de ce trésor et rejeté toutes autres prétentions, chacune des parties devant supporter ses propres frais.

*

M. Y a interjeté appel de ce jugement, par déclaration du 24 mars 2015.

Aux termes de ses dernières conclusions du 8 juillet 2015, il demande à la cour d’infirmer la décision entreprise, de dire qu’il est le seul inventeur du trésor et de condamner les intimés à lui payer un montant de 2 500 euros pour chacune des procédures de première instance et d’appel.

Au soutien de son appel, il explique qu’il travaille comme conducteur d’engins pour le compte d’une entreprise de travaux publics et que, le 6 avril 2010, il a heurté avec sa pelle mécanique une matière indéterminée, de laquelle s’écoulaient des objets qu’il a identifiés par la suite, une fois descendu de l’engin, comme étant des pièces de monnaie contenues dans une jarre que la pelleteuse avait cassée.

Il affirme ainsi que c’est lui qui a mis le trésor à jour, de sorte qu’il en est bien l’inventeur, en application de l’article 716 du code civil, peu important que M. C, ou M. A, ait participé ensuite à sa mise à nu.

Il précise qu’immédiatement après les faits, les pièces ont été récupérées par son père, qui les a amenées à la mairie où une réunion était prévue avec la DRAC en vue de la remise du trésor.

L’appelant avance également que M. A, retraité, ne travaillait pas sur le chantier. De plus, ce dernier, présent à la réunion, n’aurait pas contesté sa qualité d’inventeur.

*

MM. A et C ont remis leurs conclusions le 14 août 2015, tendant à la confirmation du jugement déféré et à la condamnation de l’appelant à verser à chacun d’entre eux un montant de 2 000 euros au titre des frais irrépétibles.

Ils considèrent que la mise à jour du trésor résulte de l’action collective des trois parties qui travaillaient sur le chantier dans la mesure où, sans eux, M. Y n’aurait jamais détecté sa présence.

Par ailleurs, M. A explique qu’il n’avait pas compris lors de la réunion à la mairie que M.

Y avait pour intention de revendiquer seul la qualité d’inventeur et précise que c’est bien lui qui a effectué les démarches afin de contacter la DRAC.

*

La DRAC a été régulièrement citée le 24 juin 2015 en la personne de son secrétaire général, habilité à recevoir l’acte. Le présent arrêt sera donc réputé contradictoire.

*

Pour l’exposé plus complet des prétentions et moyens des parties, la cour se réfère aux conclusions respectives susvisées.

La clôture de l’instruction de l’affaire a été prononcée par ordonnance du 10 novembre 2015.

MOTIFS

Aux termes de l’article 716 du code civil, la propriété d’un trésor appartient à celui qui le trouve dans son propre fonds : si le trésor est trouvé dans le fond d’autrui, il appartient pour moitié à celui qui l’a découvert et pour l’autre moitié au propriétaire du fonds.

Il est admis que l’inventeur d’un trésor s’entend de celui qui, par le seul effet du hasard, met le trésor à découvert, serait-il au service d’une entreprise, dès lors que les travaux ayant amené la découverte n’ont pas été effectués à cette fin.

En premier lieu, il ne saurait être sérieusement contesté que M. A participait aux travaux de terrassement au cours desquels le trésor a été trouvé, puisque que, lors de la comparution personnelle des parties devant le premier juge, M. Y a lui-même évoqué sa présence en qualité de collègue, ce qui a été confirmé par M. C, et que M. A a justifié, par un certificat délivré par son employeur en date du 24 décembre 2011, qu’il travaillait à la période des faits.

Le 14 avril 2010, le conservateur régional de l’archéologie en la personne de M. E a attesté avoir emprunté pour expertise et étude scientifique à M. X Y, désigné comme inventeur, 110 kg de monnaies antiques avec vase les contenant.

Il est constant que cette remise a eu lieu en mairie d’Epfig, en présence du maire de la commune, de M. Y, des parents de ce dernier et de M. A.

Le maire de la commune a délivré une attestation au profit de M. Y indiquant que, lors de la remise des pièces, M. A n’avait pas contesté les dires de l’appelant selon lesquelles il avait vu le trésor en premier.

M. A produit quant à lui un écrit du dirigeant de la SARL Bijoux Bermo, dans lequel celui-ci indique que l’intimé l’avait contacté, après la découverte du trésor, en vue de connaître les démarches à effectuer, et que lui-même, habituellement en lien avec le musée de Strasbourg, lui avait fait parvenir les coordonnées de M. E de la DRAC. Selon le témoin, c’est donc par son intermédiaire et grâce à M. A que le trésor est parvenu à la DRAC.

Il résulte en tout cas de cette initiative que M. A s’est lui-même comporté comme inventeur du trésor. En outre, s’agissant des propos tenus à la mairie, il n’est pas impossible que l’intimé se soit mépris sur la portée des déclarations de M. Y.

D’autre part, il résulte des indications de M. Y, données lors de sa comparution personnelle en première instance, que le trésor a été chargé en premier lieu dans la camionnette de M. C et amené au domicile de celui-ci, l’appelant ne l’ayant récupéré que dans un deuxième temps.

Quant aux circonstances exactes dans lesquelles le trésor a été découvert, les versions des parties divergent sensiblement : en effet, ainsi qu’il résulte des déclarations faites devant le premier juge, M. Y a déclaré avoir appelé ses collègues qui se trouvaient un peu plus loin, après être descendu de son engin et avoir identifié les objets découverts, tandis que M. A et M. C ont affirmé de manière concordante que l’intéressé n’avait pas constaté immédiatement la présence du trésor et que, sans leur intervention, il n’aurait pas été mis en évidence.

M. A a ainsi précisé que, se trouvant au bord de la tranchée, il a vu en premier qu’il y avait quelque chose au fond ; il a indiqué avoir ensuite demandé à M. Y d’arrêter son engin et à M. C, qui travaillait dans la tranchée, d’aller voir ce qui s’y trouvait. Ce dernier aurait alors délicatement creusé le sol et mis à nu des pièces sortant d’une jarre cassée. M. C a donné la même version des faits, précisant que M. Y n’était descendu de son engin qu’une fois qu’il avait commencé à gratter la terre.

Si l’appelant se prévaut d’une attestation d’un conducteur d’engins certifiant qu’il est interdit de descendre dans une tranchée pendant les man’uvres et que le conducteur est le plus à même de voir ce qui se passe au fond de cette tranchée, les intimés produisent à l’appui de leur thèse une attestation d’un chef de chantier mentionnant qu’il est habituel qu’un ouvrier descende dans la tranchée pour communiquer avec le pelleteur et l’informer le cas échéant de l’existence de câbles ou conduites ; ce témoin précise que le pelleteur n’est pas toujours capable de voir ce qui se passe derrière le godet, à moins d’avoir une caméra sur la flèche de la machine, ce qui n’est pas allégué en l’espèce.

De l’ensemble de ces éléments, il résulte qu’il n’est pas établi que seul M. Y a mis le trésor a découvert.

Ainsi que l’a retenu le premier juge, la découverte, survenue à l’occasion de travaux auxquels ont participé les trois intéressés, procède d’une action collective et doit profiter à chacun d’entre eux.

Le jugement déféré sera donc confirmé en son intégralité.

M. Y, qui succombe, sera condamnée aux dépens d’appel, ce qui entraîne nécessairement le rejet de sa demande fondée sur l’article 700 du code de procédure civile.

Par ailleurs, il n’est pas inéquitable de laisser à la charge des intimés les frais irrépétibles exposés par eux.

PAR CES MOTIFS

La cour, statuant par arrêt réputé contradictoire, après débats en audience publique, CONFIRME le jugement déféré en toutes ses dispositions ;

REJETTE les demandes respectives des parties formées en cause d’appel sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile ;

CONDAMNE M. X Y aux dépens d’appel ;

DECLARE le présent arrêt commun à la direction régionale des affaires culturelles d’Alsace.

LE GREFFIER LE PRÉSIDENT DE CHAMBRE 

CA Colmar, 25 nov. 2016, n° 15/01581.

 

Lire en ligne : https://www.doctrine.fr/d/CA/Colmar/2016/8F456E384A3A9848D687

 

Edited by grigioviola
Link to comment
Share on other sites


Supporter

In effetti, leggendo l'articolo di giornale, pare che le  monete siano state divise " a peso" in due parti tra il comune e lo/gli scopritori (come da articolo 716 del codice civile). Poi, la parte del comune e' stata per una gran parte messa in vendita,  mentre una piccola parte sarebbe stata trattenuta dal comune stesso per esporla. Interessante che la cittadinanza abbia scelto di non consegnarla alla stato (come pare fosse l'usanza: gratuitamente? a pagamento?) optando per la vendita ai privati.

Così mi pare di aver capito dal mio misero francese.

Ciao da Stilicho

Link to comment
Share on other sites


@Stilicho è quello che ho capito anche io leggendo l'articolo e la cosa un po' mi ha sorpreso perché non ero a conoscenza di questa possibilità in capo alla pubblica amministrazione francese di trattenere e poi di rivendere a privati... per far cassa? Mah! Non so se è il nostro scarso francese che ci fa fraintendere la notizia o se effettivamente è così.

Link to comment
Share on other sites


Supporter

DE GREGE EPICURI

Ho cercato di rileggere l'articolo allegato. In effetti, il tesoro è stato diviso a metà (a peso!) fra i 3 operai che lo avevano rinvenuto, ed il comune di Epfig. In precedenza, la DRAC (direzione regionale per gli affari culturali) lo ha trattenuto per 5 anni per inventariarlo e studiarlo e ne ha stimato il valore in 100.000 €. Quindi, il consiglio comunale ha deciso di vendere la sua parte (come gli è consetito fare) invece che cederla allo stato, secondo l'abitudine più diffusa; la proprietà è dovuta al fatto che il rinvenimento è avvenuto in un terreno comunale. Tutto ciò è specificamente previsto dalla legge. Dopo un po' di trattative con alcuni privati, la metà comunale è stata ceduta per 50.000 €, quindi al valore stimato dalla DRAC. Gli acquirenti hanno comunque lasciato al comune un piccolo numero di monete, che saranno espose al pubblico. I 50.000 € serviranno al restauro di una iimportante cappella antica.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites


grazie mille @gpittini per questa sintesi sulla traduzione dell'articolo! Direi che rende più chiara la vicenda :)

 

Link to comment
Share on other sites


Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue., dei Terms of Use e della Privacy Policy.